Les nouveaux sont arrivés !

Youpi.

On attendait ça. La fête.
Depuis 2 ans que les confinements nous en tourné en déconfiture, enfin de nouvelles têtes, de nouveaux fou-rires. Et quelques maladresses, que nous les anciens, regardons avec tendresse. Mais pas longtemps. On est tous passé par là. Alors on accourt et conseille de nos petites astuces pour le bien-être de tout le monde. Le club c’est ça, une ambiance, un sport, du plaisir de naviguer sans complexe. En fraternité.

Ravis, nous étions. Maxence, l’éduc responsable de nos grands nouveaux, était cerné.
Faut dire que le mois de septembre avec ses beaux jours, ses semaines d’essais nous font danser les pupilles.
Cette fois, le groupe était composé de nouveaux et de nouveaux-nouveaux.
Les nouveaux qui étaient déjà venus la semaine d’avant.
Et les nouveaux bleus tout frêles dans leur bateau.

Parmi les anciens contents de barboter et jouer avec le renouveau After Covid, il y avait Jean-Yves. Le héros de cet été. Le pro de la pédagogie de l’esquimautage. Ça fera l’objet d’un autre billet. Bref, Jean-Yves était là. Et Jean-Yves, comme d’autres doués et passionnés du club va bientôt passer son monitorat. Aujourd’hui notre Jean-Yves était là, donc.
Idéal pour scinder le groupe en deux, pour mieux accueillir et faire progresser chacun des groupes de bleus (lol tendresse).

Alléluia après-Covid, la nature s’en est mêlée. Démonstration d’allégresse. Un pur spectacle.
Deux cygnes amoureux se sont posés, l’arrondi de leurs cous arque boutés comme des arcs en ciel, bec contre bec. Des cœurs. Comme dans les films. A l’eau de rose d’amour fou.
On sort les violons. La p’tite licorne fait des patouilles et s’ébroue de toutes ses paillettes collantes en confetti.

Les deux groupes ont continué d’évoluer sur l’eau. L’un pagaye devant, pas derrière, entre chaque pile du pont. L’autre avance, freine, tourne avant de se manger la rive pleine de roseaux. Et recommence. C’est reparti. A fond les ballons. Stooop sur la ligne de l’éduc. La double pagaie droite gauche enfoncée dans l’eau, arrêté net. Sans tourner. Bravo.
Puis en avant de l’autre côté. Passage à pied sur la petite île. Sortie de kayak avec pagaie sous le popotin. Et l’aide solidaire d’une bonne âme. Réarme en haut du talus, glissade mouillée sans la jupette. Ça flotte. Melvin se lance depuis le haut du mur d’entrée de l’écluse. Effet assuré, chacun mesure la marge de progression à parcourir avant ce saut de l’ange. Peut-être pas cette année.

Maxence réunit les deux groupes au complet, tout niveau confondu. Ballon ! Une équipe numérotée de 1 à 9 d’un bord à l’autre. Au signal, le numéro énoncé démarre, navigue et vogue. Des ailes lui poussent. Coup de pagaie, épaules, buste, biceps. Vaguelette, sillage, ballon ! Retour au rivage chargé du butin poussé par la pagaie devenue crosse. Puis stupeur, l’adversaire prend par revers et repart avec l’or, espiègle galopin. Gendarmes et voleurs changent de camps. Mêlée générale. Aucune perte. Match nul, balle au centre. L’heure tourne. Après la récré, la descente.

La glissière.
Facile dixit Maxence, la glissière a été bâtie initialement pour les poissons. Les poissons ne se blessent pas. Les poissons nagent. Les poissons jouent. Une petite pente pleine de fun. Technique de la pagaie en gouvernail parallèle au bateau, le nez positionné vers la droite en sortant. Trois petits tours et puis s’en vont.
Le chef descend le 1er. Au signal son complice envoit le suivant, un kayak se lance. A la queueleuleu ou presque. Tout le monde descendra, le stress monte. Là-haut, personne n’en mène large. Les jeunes vétérans moins expérimentés que Melvin se rappellent du stress de la descente dans l’entonnoir du passage. Derniers conseils, mise en confiance. Chacun s’élance. A l’arrivée tout va bien. Bon cru cette année. Du rire, de l’adrénaline, de la nage, de l’envie de tout donner, saupoudré de bonne humeur perlimpinpin. Tout va bien.

Avant de partir, bon groupe « même pas peur », nos petits bleus viennent pousser du nez les chutes d’eau du barrage, faisant des bacs sans le savoir à l’heure où le courant n’est encore qu’un petit caneton tout mignon. Cette année est née sous l’étoile du sourire. Kayak sport dynamique et enjoué, déjà tu te fais des amis.

En passant, le couple de cygnes nous salue d’un envol de pieds palmés sen pédalage sur l’eau, dans la même direction, vers le pont et la cale, comme nous. Puis à quelques encablures d’envergure à peine ré-amerrit, synchro en glissant sur l’eau.

Clap de fin, on rentre. Merci les cygnes.
A samedi !
Magali

Reprise du championnat régional de kayak polo

Piscine de Dinard, dimanche 26 février, la reprise du championnat régional est difficile pour la jeune équipe pont-réannaise. Elle n’a pas réussi à retrouver son jeu collectif qu’elle avait acquis à la fin du championnat dernier, trop brouillonne dans ses passes, trop statique dans ses attaques et pas assez rapide dans les contre attaques.
Il faut parfois toucher le fond pour se remotiver et donner un coup de collier. Ce n’est, en effet, que dans le dernier match que le jeu a retrouvé de la dynamique et une bonne logique d’équipe même s’il reste des imprécisions et un manque de coordination à travailler. Prochaine journée le 2 avril à Brest. 16788035_1119299068180307_951303106_n

Résultats du jour: deux sévères défaites, 6-0 face à Vern III et face à Saint-Domineuc II, et un nul 4-4 face à Feins II, ce qui classe l’équipe à la 6ème place.
17005900_1119299468180267_860587729_n

17035275_1119299161513631_158724026_n16997358_1119298114847069_1665305416_n16996660_1119299544846926_642552746_n

Faisons de La Vilaine une rivière encore plus propre !

Dans le cadre de la JOURNÉE CITOYENNE  du 28 mai, la commune de GUICHEN-PONT REAN propose aux habitants, associations, une action de ramassage des détrituts, de 09h30 à 12h30.

Le Canoë Kayak Club de Pont Réan a répondu massivement présent à cette initiative communale. Les adhérents du club, très représentés par les GROUPE ADULTES confirmés et débutants, ont ramassés les déchets sur la Vilaine, en aval et en amont de la cale de PONT REAN.

Une belle matinée citoyenne.

2016-05-28 11.33.47

Renforcement des berges au niveau de nos zones d’embarquement/débarquement

Samedi 05/12/2015 matin, 30 bénévoles du CKCPR ont réalisé des travaux de renforcement des berges au niveau de nos zones d’embarquement/débarquement de kayak sur l’île, entre le barrage et l’écluse de Pont Réan. Ces renforcements nous serviront de zones de débarquement/embarquement (environ 2*2 mètres de long), au niveau des escaliers en terre existants.

Pour cela, les services techniques municipaux de GUICHEN nous ont fournis et livrés les matériaux nécessaires (gravier, sable, ciment, parpaings).

30 bénévoles (adhérents et parents) ont répondu présent sur ce chantier avec pelles, pioches, sceaux, remorques, bétonnière et groupe électrogène … et leur bonne humeur.

Répartis dans un premier temps en 2 équipes, il a fallu préparer le terrain pour les fondations et transporter les matériaux du club sur l’île. Le transport des 2500Kg de matériaux du halage sur l’île s’est fait à pied.

Une 3ème équipe s’est formée dans la matinée pour nettoyer les abords et le lit de la Vilaine.

Le décoffrage du chantier s’est fait le dimanche et la mise en eau dès le lundi.

Ces zones de débarquement/embarquement restent discrètes. Elles pourront être aménagées dans un second temps pour se confondre parfaitement dans le paysage.

Encore une fois vous avez répondu présent.

Bravo à tous.

Les photos : Photos du chantier et du bief vidangé

« VogaVilaine » randonnée nautique de 25kms sur la Vilaine de Cesson-Sévigné à Pont-Réan

L’association CAP Ouest, le Canoë Kayak Club de Pont-Réan et les clubs de Cesson-Rennes Canoë Kayak ont le plaisir de vous avoir inviter à venir soutenir du second défi des Roz’Eskell : la « VogaVilaine » randonnée nautique de 25kms sur la Vilaine de Cesson-Sévigné à Pont-Réan.

Les Roz’Eskell sont un équipage de 32 Dragon ladies. Ces femmes ont rencontré sur leur chemin de vie le cancer du sein. Elles pagaient ensemble sur une embarcation ancestrale chinoise de 20 places. Elles pagaient ensemble sur une embarcation ancestrale chinoise de 20 places : 18 pagayeurs, un barreur à l’arrière, et un “tambour” qui donne le rythme, longue de 12 mètres à l’effigie d’un dragon d’où le Dragon boat.

Pour cette randonnée le long de la Vilaine et au cœur de Rennes, y compris sous la place de Bretagne, nous étions plus de 80 participants : 2 Dragons Boat et 1 canoë 9 places de Roz’Eskell et Dragon ladies venues de Vannes, de Pontivy et du Mans, ainsi qu’un canoë avec un équipage de 14 manceaux. Les clubs de Thorigné Eaux Vives, du KC Rennes, des Poissons Volants et du Canoë Kayak Club de Pont Réan ont également participés à cette balade avec plus de 25 pagayeurs.

A notre arrivée, la chorale « Des Gars de VAUGON », groupe vernois de chants marins, nous a accueilli en chanson.

Une belle balade et une très belle journée.

Rendez vous l’année prochaine pour une nouvelle « VogaVilaine ».

Organisation des séances pour la saison 2015-2016

Ecole de pagaieEcole de sport CompétitionLoisir jeunesLoisir adultes

Pour en faire partie :

1ère année et plus de pratique, Minimoy’s (de 7 à 10 ans), Yakari (de 11 à 14 ans)

Créneaux :

Minimoy’s : Mercredi 14h-16h
Yakari : Mercredi 16h-18h
DSC00789

Pour en faire partie :

un an de pratique de 11 à 14 ans

Créneaux :

Mercredi 14h-16h, Samedi 14h-17h
DSC00075

Pour en faire partie :

à partir de 15 ans

Créneaux :

Mercredi 16h-18h, Vendredi 18h-20h, Samedi 14h-17h
10460295_821040074626571_4603604954701837316_n

Pour en faire partie :

avoir -18ans

Créneaux :

Mercredi 16h-18h
P4150090

Pour en faire partie :

avoir +18ans

Créneaux :

Samedi 9h30-12h
PB060375

Une belle sortie « mer »

Vu le vent annoncé, 5 beaufort rafales à 6, nous nous sommes orienté vers la Rance maritime.

Parti de Saint Suliac nous avons pris la direction de »la Ville es Nonais « Plouër sur Rance » et  » Pleudihen sur Rance » avec une halte à la « cale de Mordreuc » où Patrice a sympathisé avec L9 ou Joséphine la phoque de la Rance. Nous sommes ensuite remonté jusqu’à l’écluse du Châtelier » à la recherche d’une cale pour manger.

Ne cherchez pas au Chatelier il n’ya en a pas! Il faut s’arrêter au mulin de Prat. Demi tours vers ce superbe site où nous avons pique niquer.

unnamed

Grâce au vent de dos, nous sommes rentré à toute vitesse, sans pour autant oublier de regarder autour de nous la faune: oies, tadornes de Belon, cols verts et méduses (toujours très attirés par Patrice et son couvre-chef, peut être d’ailleurs que par ce dernier) et le patrimoine architectural (belles demeures en tous genres).

Parcours de 23, 17 km réalisé en 4h46min sous un soleil parfois capricieux mais on n’a pas eu à se plaindre vu ce qui était prévu.

On remet vite sur place une sortie mer dans le Golfe du Morbihan ou autre…avec plus de monde