AVANT-PREMIÈRE DE PRINTEMPS, à la sortie de l’hiver

Vendredi, Anne-Marie, tu as loupé quelque chose.

Bon, sûrement grâce à toi en partie, toi qui es allée cueillir le soleil chaud en Guadeloupe, on a eu plus que du soleil. Un printemps en avant première !

Vendredi, rayonnant comme d’habitude, nous étions tous réunis. Ou presque.

Il y avait notre Charly, revenus des enfers d’Omicron et Delta, tout essoufflé encore de sa longue nuit, mais tout frais de promesses et prêt à s’ébrouer dans son jouet préféré.

Il y avait Candida, vêtue de ses plus beaux atours. Qui avait réitéré le bonnet orange fluo de pêcheur assorti aux genoux de la combi et aux chaussons. Ça ne s’invente pas. La classe, on l’a ou ou ne l’a pas, c’est comme ça.
Bon, bien entendu, je n’ai pas pu m’empêcher d’expliquer à tout le monde que Candida s’ornait de fluo chaud pour qu’on puisse la voir sur l’eau. Parce qu’elle est petite. Mais pas que !
( et tout ce qui est petit est mignon, tout ce qui est grand est rassurant)

Il y avait aussi Nathalie, les yeux tout endormis de beaucoup de travail en coulisses dans sa vie à elle.

Exceptionnellement, il y avait aussi Fabienne, notre cheffe vénérée responsable du bureau, grâce à qui l’entrain et le dynamisme du groupe « projet APA » pose ses jalons et s’apprête à courir sur l’eau avec la même force que les cygnes de notre belle Vilaine.

Il y avait aussi Mickaël, notre grand gourou éducateur spécialisé et salarié du club, prêt à en découdre pour batifoler sur notre terrain de récréation préféré.

Il y avait aussi Evelyne, bien sûr, notre doyenne nouvelle recrue, plus jeune que nous tous dans son mental enjoué et passionné. Notre championne handisport de kayak de ligne, venue du Grand Est, là-bas loin vers les montagnes, les vraies, pas celles de nos monts d’Arrée à nous, qui culminent à 300m lol.

Et puis, au centre de cet attroupement, il y avait une journaliste-reporter de la mairie de Guichen pour parler de notre chance ouverte à tous de pouvoir venir barboter en APA (activité physique adaptée pour toute sorte d’ALD, dont les cancers et pour public mixte).

Ah aussi, y avait moi. Toujours prête à siester, m’améliorer, me surpasser, mais surtout bien rigoler sur l’eau. Avec la petite troupe.

Car on ne le dira jamais assez, le kayak, y’en a pour tous les goûts.

À chaque personnalité, son kayak.
Les casse-cous font des loopings dans les remous de la haute-rivière.
Pas nous. Nous, on apprend les bons gestes pour se dépasser, s’améliorer et pousser un peu la chansonnette. Mais surtout pour se la jouer cool. Nous, on se promène. Et on s’amuse comme des petits fous.

Voilà comment c’était au début, sur la berge, sous le soleil prometteur.

Micka nous a jaugé, sous-pesé, emballé et a dit « on sort les p’tits bateaux ».

Sur l’eau, après l’hibernation hivernale, on avait juste l’impression de faire nos premiers pas sur l’eau. Bien calés dans nos jouets, pieds et genoux en place. Se réapproprier l’assise, l’équilibre. Une petite gîte de bâbord à tribord, toute en souplesse façon Culbuto sur son tapis d’éveil. Et tout revient, tout s’anime.

Aucun de nous n’est débutant. Mais si Anne-Marie notre acolyte débutante avait été là, ça n’aurait rien changé. Ou presque. Nos profs pensent à tout. Et distribuent coaching et objectifs personnalisé à chacun, dans le même exercice de mini-groupe.
Ils font de la dentelle. Comme ça tout le monde apprend à son rythme.

Au début, Mick nous a fait faire des circulaires. Evelyne, moins à l’aise en petit bateau à cause de son problème d’équilibre, a pu s’exercer et épouser le confort de son large hiloire.

On était tout content. À faire des ronds sur l’eau. Pale plantée loin devant le nez du kayak, buste accompagnant vers l’avant. Circulaire large à gauche et corps accompagnant, toujours en regardant la pagaie dans l’eau. Souplesse du buste qui suit le regard. Puis, hop, on passe à l’autre côté. Enchaînement avec dénage du côté droit. Comme si on freinait. Dans un geste aussi large en sens inverse que la circulaire. Puis, le plus près possible du bateau, en perpendiculaire, faire un « appel ». Objectif : jeter l’encre. Et se repropulser en avant.

Ballet aquatique orchestré par Micka.

En un coup de cuillère à pot, il a fait du 3 en 1. Échauffement, dérouillage et mise à feu. Un œil sur chaque pilote.

Menu du jour : remonter vers l’écluse, débarquer. Glisser du talus à l’américaine en souplesse et sans risque. Continuer vers l’amont, traverser et aller batifoler dans les eaux marécageuses pleines de hérons et de martins-pêcheurs.

À peine nos kayaks installés à l’équerre en haut des glissades de gazon, que notre couple de cygne nous attend fermement.
Pendant que Madame fait son shopping et essaie tous les asticots sous-marins, Monsieur asticote ses ailes et pavane en position d’intimidation façon bolide propulsé. Les ailes arrondies et écartées du corps pour imiter l’illusion d’une masse avec plus d’envergure et rapide. Le cou, diminué de hauteur et arrondi sur son bolide, pour l’aérodynamisme de la position. Et les pattes en pédalo à réaction par propulsion cadencées et discontinues.

Et nous, en haut, 5 kayakistes médusés par la mise-en-bouche de l’accueil. Et oui, nous naviguons non pas sur une piscine mais sur un plan d’eau partagé avec moultes espèces à poils, à plumes et à bec.
Et en ce moment, madame est pleine, et monsieur veille sur l’amour de sa vie et sa future progéniture.

Michel, téméraire, s’envoie en éclaireur. Puis Nath, puis Candida, Evelyne et moi. Mick ferme la marche et reprend le lead.
En longeant la berge, nous n’interférons pas avec la large bulle de vie du couple. Ça passe.

Mick, loin devant, suivi de ses canetons. Moi derrière. Et Michel pour fermer la marche.
Soudain, j’entends « flap-flap-flap » monsieur Cygne court sur l’eau et se rapproche dangereusement ! Michel ne voit pas le cygne mais réalise en voyant mes yeux devenir soucoupes.
On détale à toute vitesse sans se retourner. Plus de peur que de mal. Le cygne faisait du zèle.
Et loi de la nature oblige, on ne s’attaque pas à un troupeau plus nombreux que le sien, qu’aux ressortissants faibles, en retard et isolés.
Bonne leçon de cro-magnons. Attends qu’on revienne avec nos silex et peaux de bêtes. Non mais.

Remis de nos émotions, nous retrouvons notre tranquillité oisive presque.
Telles des loutres joueuses, Mick en profite pour nous réapprendre la technique du gouvernail, pour continuer d’avancer droit sans pagayer. Maintenant qu’il sait que sur une distance très courte, on sait pagayer très vite à la vitesse de la lumière, presque.

Derrière l’île, on s’avance vers le déversoir du moulin. L’eau est haute. Ce sera facile et joyeux.
Et puis, non. Mieux encore, on va descendre de l’autre côté dans le petit pipi, et passer dans le tunnel qui passe sous le restaurant.
Avec un peu d’adresse et d’espièglerie, c’est la vie de Candy.

Mick nous fait jurer de se mouvoir et descendre en silence en dessous. Nous, comme des sioux, on est d’accord. Sympa le jeu. Un tunnel tout noir, en file indienne et en silence. Aventure.

Un par un nous prenons le départ. Nath se lance courageusement. Suivie par Candida.
Puis moi. Bien contente de ne pas être toute seule devant.
Je sors péniblement du marécage des herbes qui poussent et nous entravent et sans élan, mais heureuse de retrouver des eaux libres, je m’avance prudemment.
En bas, je vois Candida qui semble m’attendre. Youpi, je m’élance. C’est tout doux et super sécure. Un parc d’attraction pour enfant en bas-âge. Arrivée en souplesse. Devant, un mur de mousse bien dégagé. Sur notre gauche, le couloir en dénivelé annonce le tunnel au loin. Candida s’avance, je la suis. Nath s’engouffre dans l’inconnu tout noir. Et disparaît.

Glissière engagée, pagaie rangée en gouvernail pour palier au manque de place, je file le roseau. Le courant me dirige. Je choisis de suivre son cours et de lui faire aveuglément confiance. Après tout, en tout état de cause, il s’écoule forcément sur une sortie de tunnel.
J’entre dans le couloir sombre, presque tout noir. Mais quel vacarme ! On se croirait dans un jeu de quilles. « En silence qu’i disait Micka, lol, impossible ça fait caisse de résonance ».
Après le coude, plus de remous, plus de glissière, plus de courant, juste un long couloir tout calme et étroit qui se profile. Au bout, la sortie.

Nath et Candida les premiers canetons, nous attendent à la ligne d’arrivée.
Je sors ravie, suivie rapidement de Michel ragaillardi et pétillant. Puis Micka et Evelyne.

Evelyne s’est mangée la salade du mur, mal engagée à cause de sa pagaie qui entravait sa descente.
Cette manœuvre mal contrôlée lui a barré la route dans ce couloir trop étroit. Déséquilibrée comme un héron avec une envergure d’ailes trop larges pour rentrer dans le tube, elle s’est gamellée.

On parlait justement d’opération sécurité avant de démarrer la session. Pour apprendre à remonter sur le bateau et récupérer son barda. Evelyne a beau être paraplégique, elle connaît le protocole. Aucune raison de paniquer. Elle a son gilet de flottaison, donc flotte.

Mick, près d’elle l’a immédiatement repérée et récupérée, appontée au nez ou à la queue de son kayak. Son embarcation, elle, s’est gentiment retournée et a tranquillement suivi le courant. Michel l’a récupérée et avec une bonne dose de muscles et de testostérone, se sont employés avec Mick de vider et retourner le bateau remis à flot.

Quelle aventure !
L’eau est encore un peu fraîche, quand même, dixit Evelyne qui n’avait qu’un cycliste en lycra sur les fesses. En Néoprène, c’eût été plus chaud.

Tous, on s’est bien amusé.
Vivement vendredi prochain !

Magali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.