APA sans les monos, dans le pollen en folie ;-)

Avec les vacances tout juste terminées derrière nous, on avait qu’une hâte irrépressible : se retrouver et s’asseoir sur l’eau. Quant, 5 jours avant, la cale réalise que notre Maxence de cadre préféré sera en mission au loin ce jour là, exceptionnellement. Tandis que notre Mick préféré aussi botte en touche. Il ne peut sous aucun prétexte remplacer Maxence, une classe entière l’attendant comme le gourou de ses rêves. Heureusement, un nouvel homme fort fait son entrée, notre futur directeur fraîchement débarqué. Mais au dernier moment, le sort s’acharne, notre Johan se lève patraque, pense à se triturer la narine avec un coton tige aussi agréable qu’un écouvillon dans le nez. Et le couperet tombe: Covid.

On est en fin d’année, le soleil brille, les clapotis clapotent, martins-pêcheurs et libellules font des loopings en rase-mottes sur les nénuphars. Il est hors de question que Covid détruise Goliath.

D’ailleurs Michel a une tendinite qui tend à se réveiller sérieusement. Mais là aussi, son sort est joué, il sera gouvernail à une main. Notre cours technique de la manœuvre directionnelle à opérer pour diriger un canoë prend tout son sens. Devant, ce sera Nathalie qui ramera joyeusement en faisant la chouette. 

À ce propos, avant les vacances Mick et Nath avaient pagayé côte à côte, Mick s’efforçant très sérieusement de faire des vocalises pour ressembler à une chouette forestière. Après les vacances, nous a confié que ses hululements de loup caverneux n’avaient trompé aucun de ses copains. N’est pas Edwige, la chouette blanche d’Harry Potter qui veut ! Nath, elle, oui. C’en est troublant, vraiment.

Bref, tout ça pour dire, que sans prof, il était hors de question d’abandonner. La joyeuse troupe de moussaillons APA entraînée toute l’année n’allait pas se débiner. Nath et Michel dans le même canoë en symbiose. Evelyne, Cândida et moi à bord de nos petits bateaux. Le tout direction Le Boël. Le moulin à eau. Cette merveille enchanteresse parfaitement immergée dans le paysage de notre canyon local avec ses falaises de schiste violet, son barrage et son écluse. Evelyne, notre championne Handi-kayak de ligne, venue du grand Est, ne l’avait jamais vu encore.

L’aller s’est fait tranquillement, peut-être un peu trop zen. Des papooses sur une eau calme et paisible. Ni même de promeneurs ou joggeurs sur les berges, ni de copains canidés accompagnants. Que les rayons du soleil pour nous hâler le bronzage progressivement. Sifflotement des oiseaux, vols planés des migrateurs de belle envergure, libellules à 4 ailes qui comme des drones ravissaient nos pupilles de grandes herbes en nénuphars. Les tritons faisaient des courses sur l’eau. Leurs dossards invisibles à l’œil nu, hués par des centaines de bestioles grisées par l’événement sur l’hippodrome aquatique de la fête de la vitesse. Et le pollen par milliers jonchait la surface immaculée de l’eau. 

Nous au milieu, slalomant pour ne pas entraver de nos sillages les nappes immenses de moutons blancs. Comme un paysage de neige qu’on ne voudrait pas abîmer de nos empreintes de pas. Il neigeait. Une pluie de petites fées blanches balayait le ciel au-dessus de nous, se balançant d’arbres en arbres. Ça on peut en être sûr, la nature reprend toujours ses droits au printemps. Elle se régénère sous nos yeux ébahis. Heureusement, aucun de nous n’a éternué. 

Puis, soudain, magie de cette poudre de perlimpinpin en douce apesanteur autour et au-dessus ? Peut-être. Cândida canalise nos émerveillements en nous montrant les premiers canetons qu’elle aperçoit au loin.

« Mais si, regardez ! »

Nous. Oui, bon monsieur Colvert et sa douce en balade amoureuse. Canetons ?

Cândida insiste. On se concentre. Se rapproche. Les petites boules de duvets blancs tours petits et tout mignons se trouvent être de simples boules de pollen =))

Premier fou-rire. 

Pollen hallucinogène sur Cândida notre poétesse. C’est sûr !

Au retour, changement d’ambiance. Puisque le ponton du Boël était trop haut pour qu’Evelyne puisse se hisser et changer d’embarcation pour échanger avec Nath, celle-ci a troqué le magique hululement d’Edwige pour le générique des Dents de la mer 🌊  🏴‍☠️

D’ailleurs ça devait être dû à l’absence de piste blanche et de volée de pollen sur les premières longues encablures de remontée. Comme s’il avait fallu que la magie n’opère plus pour lâcher les fauves.

Nous pauvres petits kayaks tout petits et tous mignons, nous faisions pourchasser par Nath et Michel à bord de leur baleinier, au son de « POPOPOPOPOPO 😱🎵 » à nos trousses. Quelques bonnes pelletées de flotte et bonnes joutes aquatiques nous ont fait d’un coup d’un seul oublié là une tendinite, ici une paraplégie. 

Evelyne et moi avons pourtant essayé de prendre notre revanche et avancer en stratégie militaire. Notre objectif était simple : les prendre en étau. Evelyne devait filer leur droite, moi, glisser entre la berge et leur flanc gauche. Mais les rats zigzaguaient et longeaient de trop près les roseaux. Pagayer discrètement et efficacement devenait difficile. À chaque coup de pale, elle rencontrait un caillou. Alors Evelyne a lancé l’assaut. J’en ai profité pour les assaillir sur leur gauche, tout du moins j’ai essayé de les déstabiliser de ma franche offensive. Un instant, ça a marché, Michel ne savait plus où donner de la tête. Mais rapidement les bougres ont repris le dessus, le sabordage éclair et tambour-battant battait l’eau et créait un mascaret. Bonnes pelletées de flotte rafraîchissantes, bien tout mouillés de partout, mais toujours à l’endroit dans nos jouets, la bataille a été rude et rondement menée. Mais les plus fort c’était eux, l’équipage rôdé du baleinier, fort du poignet et bien au-dessus de la surface de l’eau.

Après nous avoir bien arrosé et crié victoire, un 3ème petit kayak était à abattre. Evelyne et moi avons crié à Cândida de s’échapper loin devant.

La course poursuite était pourtant peu équilibrée, Cândida ne s’est jamais arrêté de remonter la rivière. Et c’est elle qui a gagné. Jusqu’au dernier moment, au ponton, le suspense était à son comble.

Formidable épopée. 8 ans sur l’eau, on remet ça dès que possible.

Vivement l’APA, vendredi prochain !

Magali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.